Primel-Trégastel Morlaix

Sur la route de Morlaix

Étape 30 (17 mai)

logo carteDistance : 29 km

sablier1Durée : 7h15

deniv plusDénivelé positif : 330m

deniv moins Dénivelé négatif : 350m

logo carteDistance : 662 km

sablier1Durée : 200h00

deniv plusDénivelé positif : 10990m

deniv moins Dénivelé négatif : 12170m m

En route pour Morlaix

Ce matin j’en suis encore a siroter mon café sur le camping de Primel-Trégastel que Patrick, le collègue rencontré hier, s’élance déjà sur le chemin des douaniers. Je mettrai un peu plus de temps pour lui emboiter le pas.

Sous la lumière du matin la perception des rochers de Primel n’est pas la même qu’hier soir, en cette heure matinale, ils semblent comme dessinés au crayon se détachant sur fond de mer bleue se donnant des airs d’estampe japonaise.

Je longe la plage de Trégastel et poursuis vers Le Diben, je me rappelle que nous venions ici à la coop maritime, à l’époque c’étaient des vraies coops de marins, c’est là que je retrouve Patrick qui s’est un peu égaré dans un détour pour finalement se retrouver d’où il était parti. Du coup nous allons marcher et papoter tout au long de cette belle étape jusqu’à Morlaix. Je repasse par plein d’endroits où nous allions souvent lors de nos séjours estivaux Saint Samson où nous venions pour la plage de sable blanc, Térénez et les soirées endiablées du Radeau.

Puis nous contournons la Pointe de Barnenez, sans toutefois visiter le cairn, grand tumulus de Barnenez, 72 mètres de long, plus de 20 mètres de large, 9 mètres de hauteur et élevé il y a 5500 ans, à voir.

Plus bas nous passons le pont du Dourduff-en-Mer et obliquons sur la gauche pour continuer vers Morlaix. A cet endroit le sentier s’éloigne de la rivière de Morlaix (Le Dosenn) pour couper tout droit vers Ploujean. La suite sera en grande partie sous le couvert des arbres, tant mieux le soleil tape dur aujourd’hui.

Colombier sur le GR34 avant Morlaix

Nous passons devant un magnifique colombier vraiment bien restauré, qui fait partie du Domaine de Troërin à Plouvorn. Un peu plus loin, nous entendons des bruits de pelles raclant la terre, ce sont trois jeunes hommes qui entreprennent de dégager un lavoir enseveli sous la terre noire de la décomposition de branchages et autres végétaux, sans autre objectif que de rendre à nouveau visible ce lavoir en bordure du GR34. Le travail est déjà bien avancé, respect messieurs pour redonner vie à ce bout d’humanité qui a servi à des générations de lavandières.

L’étape se poursuit agréablement à un bon rythme sur un sentier bien tracé et sans trop de côtes après la journée d’hier c’est plutôt bien venu. 

A Morlaix nous nous quittons avec Patrick qui dort à Saint-Martin Des Champs tandis que moi je fais un petit break repos d’une journée à l’Auberge de jeunesse de Morlaix.

un bateauSur la route de Morlaix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *